Alternatives énergetiques pour le transport publique urbain de Rio de Janeiro: utilisation de l’Inventaire de Cycle de Vie (ICE) pour l’analyse

Mis en ligne par fmcoutinho1
Fichier: 
Type: 
article
Comparative: 
oui
Année de publication: 
2014
Langue: 
Portuguese
Code: 
Vehicles/Fuels
Produit: 
Carburants et biocarburants
Sources et qualité
Qualité de l'étude: 
ACV rapide
Revue Critique?: 
Oui
Cohérence avec la série de normes ISO 14040/44?: 
Non
Nom(s) du(des) commanditaire(s): 
Université Fédérale du Rio de Janeiro
Type du(des) commanditaire(s) : 
Université
Nom(s) de(s) auteur(s): 
Marcio de Almeida D'Agosto
Nom(s) de(s) auteur(s): 
Cintia Machado Oliveira
Nom(s) de(s) auteur(s): 
Fabiana do Couto Assumpção
Objectifs et frontières du système
Unité fonctionnelle: 
pass * km
Objectifs, hypothèses et limites: 
L’objectif de cette étude est d’analyser dans le contexte brésilien les différents types de carburants et biocarburants qui peuvent être utilisés par le système de transport en commun national. La recherche a été menée au Rio de Janeiro et toutes les mesures de distance et d’autres particularités considérées aux calculs ont été estimées pour ce contexte. Malgré des mauvaises conditions, le modal routier est responsable pour presque un tiers des voyages urbains brésiliens entre 2003 et 2009 et joue donc un rôle essentiel pour la survie des villes et (ANTP, 2010 apud DAGOSTO; OLIVEIRA; ASSUMPÇÃO, 2014). Encore, il est responsable pour à peu près 28% de la consommation d’énergie (EPE, 2010 apud DAGOSTO; OLIVEIRA; ASSUMPÇÃO, 2014). Cet article nous apporte une analyse de l’Inventaire du Cycle de Vie – l’ICV, qui est une étape fondamentale pour l’Analyse du Cycle de Vie - de 6 différentes options parmi lesquelles, quelques alternatives dites « durables » : le diesel pétrolier (D100), le gaz naturel comprimé et une mélange 95% diesel pétrolier et 5% biodiesel de soja (B5GNC), une mélange 95% de diesel pétrolier et 5% biodiesel de soja (B5), biodiesel de soja (B100) et l’éthanol hydraté activé (E95). Pour élaborer l’inventaire, les étapes d’extraction de la matière première, de transport, de transformation, distribution et consommation du produit final ont été étudiées. C’est important de noter que l’article ne fait pas une analyse économique ni le changement d’affectation du sol.

Pour le bilan, ont été considérés les critères de consommation totale
d’énergie, la consommation totale d’énergie renouvelable et l’émission de CO2.
Après une analyse de chaque étape, on découvre que l’E95 est le plus
consommateur d’énergie – notamment à cause du transport et du processus de
fabrication - lorsque les meilleures performances ont été trouvées par le D100,
B5 B5GNC et B100. Par rapport à l’utilisation d’énergie renouvelable et
émission de CO2, l’E95 et le B100 ont été les mieux classés.

Dans le contexte étudié, les alternatives qui dans un premier temps étaient
plus durables, quand soumises à une analyse plus complète dans les conditions
de production actuelles, n’apportent pas encore les bénéfices espérés. Pour
qu’on puisse se bénéficier vraiment de tout le potentiel qu’elles nous
présentent il faut encore qu’on développe les méthodes de fabrication et
transport.

Impact(s) des matières premières: 
Epuisement des ressources naturelles
Niveau d'impact des matières premières: 
Moyen
Impact(s) de fabrication: 
Epuisement des ressources naturelles
Niveau d'impact de la fabrication: 
Moyen
Impact(s) du transport: 
Epuisement des ressources naturelles
Niveau d'impact de la distribution: 
Moyen
Impact(s) d'utilisation: 
Epuisement des ressources naturelles
Niveau d'impact à l'utilisation : 
Moyen
Impact(s) de fin de vie: 
Epuisement des ressources naturelles
Niveau d'impact en fin de vie : 
Moyen
Tags:


Nouveaux membres

  • akoua
  • Eddieevinc
  • mitch9457575975
  • KrasnovArmn
  • elouisecaleb419650